Follow by Email

vendredi 29 mars 2013

Les toits : verts ou solaires, mais pas déserts.

Les toits recouvrent entre 15 et 35% de la surface des grandes villes.
Cette surface est le plus souvent complètement perdue alors qu’elle pourrait être utilisée pour rendre les villes plus rentables et plus saines donc plus durable.

Retenons deux moyens d’utiliser nos toits comme des outils de développement durable : la végétalisation et l’installation de panneaux solaires.

Les toits végétalisés :  

Le toit végétalisé est une technique très ancienne qui consiste à recouvrir un toit par des couches successives de matériaux étanches, isolants, de drainage et de terre qui va servir de support à la végétation. Selon les projets et l'inclinaison du toit, on va pouvoir utiliser une couche plus ou moins épaisse de terre et engrais afin d'accueillir la végétation souhaitée. Parmi les nombreux avantages de cette méthode, on note :
  • La diminution de l’effet d’îlot de chaleur des villes (voir l’image ci-dessous pour comprendre ce qu’est l’effet d’îlot de chaleur) : un toit normal peut dépasser les 60°C quand un toit végétalisé dépasse rarement les 20 à 25 degrés.

 

  • Une meilleure isolation thermique, donc diminution de la consommation énergétique en chauffage/climatisation.
  • L'amélioration de la qualité de l’air grâce à une fixation des gaz nocifs et de particules fines (responsables de nombreuses maladies respiratoires) et émission de dioxygène.
  • Une petite contribution à la diminution de l’effet de serre grâce à la photosynthèse des plantes.
  • La réintroduction d’espaces verts capables d’accueillir une biodiversité complète.
  • La possibilité de cultiver des plantes consommables. Les toits potagers représentent donc un atout supplémentaire.
  • L'augmentation de la durée de vie des toits qui sont ainsi moins exposés aux changements de température et à l’érosion.

Les toits solaires :


Bien entendu, cette méthode consiste à utiliser le potentiel solaire qui se perd sur nos toits. Cette méthode :
  • Permet de produire de l’énergie (panneaux solaires photovoltaïques) ou de chaleur (panneaux solaires thermiques).
  • Participe à une production décentralisée de l'énergie, élément indispensable pour le passage à la "troisième révolution industrielle, prônée par Jeremy Rifkins et dont nous aurons l'occasion de reparler sur ce blog.
  • Produit de l'énergie sans avoir à réduire la surface de nos terres cultivables, contrairement à de grands projets de centrales solaires qui peuvent être implantés sur des terres arables, ce qui revient à faire un choix entre nourrir les Hommes et produire de l'énergie. C'est également le reproche qui est souvent fait aux biocarburants produits en privilégiant des cultures qui n'ont plus pour objectif de nourrir les populations, de faire augmenter le prix des matières premières alimentaires et donc de favoriser les famines et autres crises alimentaires.
  • Peut être couplée à des systèmes de récupération d’eau de pluie pour une utilisation ménagère.
Les toits sont donc des espaces qui peuvent nous permettre de réintroduire de la biodiversité dans nos villes, d’y respirer un air plus sain (moins de particules polluantes, plus de dioxygène), de  consommer moins d’énergie et de produire une partie de celle-ci, de diminuer l’effet de serre et d’îlot de chaleur, de récupérer une partie de l’eau dont nous avons besoin et de produire une partie de notre nourriture tout en augmentant l’espérance de vie de nos toits, réduisant donc nos besoins en matériaux de construction. 

Un seul support pour de nombreux effets positifs.

Pourquoi ne pas rendre obligatoire la végétalisation de nos toits ou l'installation de panneaux solaires sur ces mêmes supports?

Plus qu’un idéal, ce serait logique et durable…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire